Naruto RPG

Une vie de Ninja est parfois difficile, venez ICI la vivre en RP. Devenez un Ninja dans le monde de Naruto, combaté, acheté des objets, tchater et encore plein d'autre chose. Alors n'attendez plus venez nous rejoindre !
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Porte

Aller en bas 
AuteurMessage
Kakashi Hatake
Konoha
Konoha
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 13/06/2008
Age : 23

Feuille du ninja
Grade: Hokage
Chakra:
500/500  (500/500)
Techniques:

MessageSujet: La Porte   Lun 10 Nov - 21:54

Que penser vous des portes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi Hatake
Konoha
Konoha
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 13/06/2008
Age : 23

Feuille du ninja
Grade: Hokage
Chakra:
500/500  (500/500)
Techniques:

MessageSujet: Re: La Porte   Lun 10 Nov - 21:58

Fonctions de la porte


La fonction anti-intrusion est la plus primitive, contrôlant aussi bien les animaux que les humains. Cette forme va donner la poterne, la porte de ville.
La fonction isolante des courants d'air froids est aussi
primitive. Conserver le chaud donné par le foyer est une fonction
ancienne assortie ultérieurement de celle de permettre un tirage
correct de la cheminée.
La porte sur l'extérieur, comme la fenêtre, marque une frontière entre le domaine public et privé,
entre extérieur et intérieur, dès les premières heures de l'habitat
civilisé la porte est un élément pris en compte dans le droit, dans les lois (Huissier).
La fonction d'hygiène de la porte est constituée dans la
civilisation antique, on clôt par l'extérieur les entrées de demeures
de malades contagieux, une forme d'isolement qui persiste jusqu'au XXe siècle avec les îlots qui mettent en quarantaine les habitants à la suite de grandes épidémies.
La fonction d'organisation du passage d'une pièce à l'autre à
l’intérieur d'un édifice avec confort et aisance de reconnaissance de
la porte à pousser est déterminante dans la disposition et la forme
prise des portes. Les signes donnés par la porte sont rendus
conventionnellement lisibles (une porte de placard n’est pas une porte
de chambre). La distribution est conçue par le maître d'œuvre ou
l'architecte sur le plan de l'édifice.
La fonction acoustique est très importante, le besoin au
silence ou à la discrétion a créé au moyen-âge le sas de deux portes
l'une derrière l'autre dans un petit espace cloisonné qui prend sur
l'espace intérieur, le tambour. Une portière, (une tenture de tapisserie) doublant une porte en profitant de l'espace donné par l'épaisseur de mur (l'embrasure) pour le manteau peut servir de la même manière.
La fonction d'isolation aux odeurs est associée au confort moderne depuis -entre autres- le développement des cabinets d'aisance (toilettes) dans les appartements, les mises en place de locaux d'ordures dans les immeubles.
La fonction sécurité contre l'incendie destructeur des biens
est tenue obligatoirement par la porte. Actuellement sa tenue au feu
est calculée, la porte est dimensionnée pour les évacuations, elle est
équipée le cas échéant des éléments de déclenchement de fermeture
automatique (porte coupe-feu). Les portes de locaux sensibles,
d'archives par exemple, sont renforcées ou blindées et/ou sont conçues
pour résister longtemps au feu.
La fonction symbolique de séparation et de réunion, sa forme pouvant être anthropomorphique
religieuse philosophique ou politique, est une constante de la porte.
La porte est la bouche ou le nez à côté des deux fenêtres-yeux de la
maison de famille dessinée par l'enfant en maturation psychologique,
quel que soit l'endroit où il habite. La porte est la limite entre le
monde naturel et le surnaturel du caveau de cimetière, la limite entre
le sacré et le profane dans l'église, dans le domicile[3] , du torii
(porte de sanctuaire shintô). La porte du taoîsme chinois est entourée
de huit trigrammes saison-ciel, la porte du monument grec respecte l'Ordre architectural
en représentation du Cosmos. Historiquement, la porte ne peut être
franchie par les poursuivants de personnes se réfugiant dans les lieux
sacrés ou diplomatiques d'asile, inversement la porte de la zone
internationale d'aéroport ne peut être franchie que sous conditions.
La fonction sociale de la porte est donnée aux édifices à caractère important par aspect monumental de l'entrée, par aspect impératif du passage
à cet endroit. Pour une demeure seigneuriale à volonté de lignage
historique, pour une gare, pour une mairie, les motifs d'affichage de
l'entrée et sa porte ne sont pas les mêmes mais aboutissent à une
stylistique symbolique identique. Cette formule a donné l'arc de triomphe, l'arc commémoratif. La porte élément fondamental de la façade doit susciter le respect, l'admiration, l'humilité, la crainte[4].
L'Opéra Garnier dispose sur le côté d'une porte fastueuse qui était
réservée à l'usage de Napoléon III et sa suite. Pour un édifice commun,
un aspect de repère aisé pour le public de la porte principale est
donné par les plaques professionnelles et les boîtes aux lettres. La
porte principale est porteuse du numéro de demeure attribué par la
mairie dans la rue, les portes secondaires ne sont pas distinguées.
"Franchir la porte" est un acte social marquant une vie ou un moment de
vie. Le cloîtrage religieux, le casernement militaire, l'engagement
puis l'embauche au travail (et la "mise à la porte") se font par la
porte, petite ou grande.
La fonction économique et commerciale dans la fonction
sociale tient la porte pour un élément important dans la gestion et le
contrôle financier ou écologique. Établie dans l'histoire, la porte est
aussi bien la barrière publique de l'octroi qui se retrouve plus tard dans le péage autoroutier et le péage urbain
de la circulation, est aussi bien le portillon de métro que le guichet
pour acquitter le droit d'entrée dans les cinéma, musée, cirque,
discothèque etc. que le portillon de pointage au travail.
La fonction décorative n'est pas la dernière venue, elle va
de la marque confessionnelle mise en place très tôt dans l'histoire de
toutes les religions ("Art sacré", premier des Arts), à la marque
commerciale moderne (puisque la "porte poussée" est le premier signe
attrayant du client lorsque l'on gère un pas de porte).
(Ces fonctions peuvent cependant être pour partie respectées sans
porte dans certaines conceptions de l'espace : dans l'architecture
intérieure japonaise, l'absence est compensée par l'usage de cloisons
mobiles, ce système à donné naissance au concept de bureau ouvert
moderne.)



Un élément architectural

La porte est placée dans la baie de porte qui fait partie du gros œuvre, lorsqu'il ne s'agit pas d'une baie libre (passage sans fermeture par battant ou autre). On donne alors le nom porte à cet ensemble.
Des baies libres de circulation intérieure en couloir sont
formalisées par des tympans de menuiserie, leur forme d'ouvrage s'est
simplifiée avec la diminution d'épaisseur des murs, les galandages (mur
de séparation porteur) étant devenus des cloisons minces et légères non
porteuses, on dispose alors de simples cadres comme tympan.
La porte intérieure moderne disposée entre plancher et plafond par
des pattes de fixation lors de la pose des cloisons sèches divisant en
pièces le bâtiment n'a pas de baie la recevant, c'est un bloc-porte.
Les formes de la porte et du support sont à l'origine basées sur le rectangle découpé dans le mur en utilisant un linteau formé d'une poutre longue de bois ou un bloc plus court de pierre posée au sommet des pied-droits
(mais la découpe visible en usage pour les baies d'édifices orientaux
est celle du symbolique cercle). Quelques portes peuvent avoir un
pilier central en retrait dans l'embrasure de la baie.
Une baie de porte peut prendre la forme d'un arc
en architecture historique pour obtenir une portée qui dépasse la
résistance au fléchissement ou à la rupture de simple poutre en
matériaux à construire courants. Les voussures, les chambranles sont obtenus par la taille des moellons
en saillie. Les baies modernes historiscisantes sont des réservations
faites dans la coulée du béton, elles peuvent être soulignées par des
bandeaux en saillie de façade.
Dans la baie de porte extérieure d'architecture classique, une table saillante et un bossage de pierre de taille avec refends marquent les contours et constituent le bandeau de portes des demeures (élégantes). Un fronton peut exister.
L'arcade classique peut comporter de multiples portes mises de front
pour des monuments recevant un grand public, théâtres, opéras. (Mais
l'arcade de portes-fenêtres est aussi utilisée dans les
orangeries-serres pour obtenir une aération convenable). Cette formule
qui a été utilisée dans des halles (qui sont souvent passées d'édifice
comportant des baies libres à édifice à portes grilles) se trouve
encore dans la conception des grands halls de gare.
Depuis la construction du style classique, la mise en perspective des pièces peut être faite par l' enfilade
des portes (toutes alignées de face). Elles peuvent aussi permettre en
étant jumelles le couplage et la circulation dans les grandes pièces de
chaque côté des cheminées en traversant les murs refens (mur massif de contreventement mis en travers des corps de bâtiments). L'usage des couloirs et corridors
alignant les portes les unes après les autres a permis une distribution
des circulations séparément des activités et une isolation des pièces.
Une, des niches peuvent aussi être mises au dessus ou sur les côtés
(le jambage) de la baie et comporter des signes religieux, royaux, etc
(statue, croix, étoile, etc.)
Une devise, une date, peut être inscrite sur une tablette en linteau. Un écu, un monogramme, un mascaron tête d'homme ou d'animal (mascarade) peut orner la baie.
Un macaron rond d'huissier, de notaire ou autre enseigne peut être présent sur la baie.
Les portes historiques sont parfois sculptées. Des battants
constitués dans une dalle de pierre ont été retrouvés. Les battants
anciens en bois sont cloutés, des clous de renfort à grosse tête
solidarisent plusieurs épaisseurs de planches. Des panneaux de bronze
juxtaposés ont dans l'antiquité fait la parure et la robustesse aux
assauts des portes monumentales. Les portes principales sont décorées
avec des moulures jusqu'au milieu du XXe siècle,
qu'elles soient en bois ou en fer. Certaines sont des barreaudages
sophistiqués et défensifs qui sont forgés avec les moyens techniques
qui se développent avec la Révolution industrielle. Certaines sont en
fonte moulée qui favorise au XIXe siècle
la décoration "à l'Antique" par la reprise des anciens motifs sculptés
en relief dans la pierre pour la mise en forme du moule en sable qui
est utilisé.
La baie de porte comporte parfois un renfoncement concave dans
l'embrasure épaisse pour permettre une plus grande facilité de manœuvre
des voitures à chevaux, cette facilité est encore plus prononcée avec
l'élévation du mur de la baie en demi-lune, un renfoncement de façade qui peut être biais si le passage n'est pas d'équerre à la rue.
La porte est souvent équipée d'un luminaire extérieur.
Derrière la porte principale, un vestibule, une loge de concierge
avec son cordon d'ouverture de porte sont ajoutés aux pièces de
l'édifice bourgeois.
Un porche édifié devant l'entrée peut aussi abriter la porte à l'extérieur. De façon plus moderne un auvent
peut être disposé sur le dessus de la porte pour la protéger. Cette
casquette souvent béton -parfois dissymétrique- dans l'architecture
moderne remplace le balcon avec atlantes des constructions du XIXe siècle.
Une avant-porte complète un sas, petit porche moderne fait sur l'extérieur (hors-œuvre).
Les premières formules de porte d'entrée voulues entièrement
transparentes lorsqu'elles sont fermées sont mise en place au début du XXe siècle,
cette conception est devenue généralisée après que la technique ait
permis de se dispenser des montants rigidifiants en acier. (Ce ne sont
pas des portes-fenêtres, ces portes sans aspect défensif telles
qu'elles étaient conçues par l'aristocratie dans le classicisme "à la
française").
La porte de garage qui ne sert qu'à la circulation des automobiles
et plus aux piétons se trouve rapidement à remplacer la porte cochère
au XXe siècle.
Une coursive d'accès aux portes d'appartement par étage d'immeuble
peut se trouver dans la construction économique populaire du début du XXe siècle dont les découpes de baies sont simplifiées et les reliefs plutôt supprimés.
Des formules de portes à formes fonctionnellement et formellement
excentriques ont été à la mode "Pop" de la décennie 1970, partant de
projets modernes de l'habitat qu'elles ont ensuite abandonné, elles se
sont implantées plus sûrement en devantures des boutiques.
La porte, comme la fenêtre,
a un statut particulier de fait dans l'histoire et en général non voulu
lors de la construction : être récupérable. Ainsi au cours des âges,
les baies ont été déménagées d'un édifice à un autre avec parfois leur
maçonnerie complète et pas simplement leurs huisseries. Soit par qu'il
s'agissait de prises de guerre, de "re-répartition de richesse" comme
lors de la Révolution Française, soit parce que leur haute valeur
symbolique était prise en compte : haute valeur religieuse comme ces
récupérations réciproques entre l'Islam et la Chrétienté après le Moyen
Âge, haute valeur patrimoniale comme ces déménagements entre l'Europe
et le Nouveau monde jusqu'au XXe siècle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi Hatake
Konoha
Konoha
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 13/06/2008
Age : 23

Feuille du ninja
Grade: Hokage
Chakra:
500/500  (500/500)
Techniques:

MessageSujet: Re: La Porte   Sam 15 Nov - 22:10

Hey les autres mettez ce que vous pensez

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Porte   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Porte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» Une porte...Allez toquer, ne soyez pas timide !
» La porte-parole de la Minustah opine sur Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto RPG :: Zone hors RPG :: Tous et rien-
Sauter vers: